MAIN DE GANA : YA T-IL PENALTY ?

 560 clics

Aussi étonnant que cela puisse paraître, toucher le ballon des mains au football n’est pas toujours ‘’sanctionnable’’.

Mais alors, comment distinguer une faute de main intentionnelle ou non intentionnelle ?
Les fautes de mains font partie des faits d’arbitrage les plus discutés en football.

Comment l’arbitre peut-il s’assurer du caractère volontaire ou non du geste ?
Les directives de la FIFA indiquent tout de même aux arbitres trois critères qu’ils doivent prendre en compte.

Tout d’abord, l’arbitre doit prendre en compte la distance entre le ballon et la main.

Si le ballon vient d’une longue distance, le joueur qui commet une main avait le temps d’éviter le ballon, il s’agit donc d’une faute.

À l’inverse, si le ballon vient d’une courte distance, comme un défenseur qui se protège des mains sur une frappe à bout portant, le geste est involontaire.

Ensuite (le cas de Gana), il faut prendre en considération la position de la main. Si elle est dans une position naturelle, il n’y a pas de faute.

Cependant, si la main est dans une position non-naturelle, comme dans le cas d’un bras étendu par exemple, la main est considérée comme volontaire.
Enfin (le cas de la main de Gana toujours), le troisième et dernier critère est la direction de la main et du ballon. Si c’est la main qui va vers le ballon, il y a faute.

Mais ce n’est pas le cas si c’est le ballon qui va vers la main. Si une main intentionnelle est commise dans la surface de réparation, l’arbitre doit siffler un penalty.
Mais s’il n’y a pas d’intentionnalité : pas de penalty !

C’est une sorte alors de ‘’droit pénal du football’’ qui distingue l’intentionnel du non-intentionnel pour qualifier un fait ‘’d’infraction’’
Cependant, il faut tout de même saluer le rôle de la VAR qui a permis à l’arbitre de ne pas commettre l’irréparable.

Moussa Mbodji