CORONAVIRUS : LES ALLIÉS DU COVID-19 AU BANC DES ACCUSÉS

CORONAVIRUS : LES ALLIÉS DU COVID-19 AU BANC DES ACCUSÉS

 304 clics

La pandémie continue de se propager à travers le Sénégal en s’installant à une vitesse vertigineuse dans 11 régions sur les 14 que compte notre pays, avec 1329 cas déclarés positifs, dont 470 guéris, 11 décédés 01 évacué et 847 sous traitement, malgré tous les efforts consentis par les autorités avec l’Etat d’urgence et le couvre-feu décrétés par le président de la République.

Les personnels de santé sont également mobilisés tout comme les forces de sécurité mais il est aberrant de constater que la pandémie ne faiblit pas. Elle continue de faire son bonhomme de chemin, devenant de plus en plus irrésistible aux stratégies et plans de lutte mis en place par les spécialistes.

Il est vrai que tout le monde ne respecte pas la distanciation sociale mais depuis que des mesures coercitives ont été prises, le port de masque dans les transports et dans certains lieux publics étant rendu obligatoire, la majorité de la population est devenue beaucoup plus consciente des risques encourus et s’adapte de plus en plus aux mesures-barrières.

Mais malgré tous ces actes posés, le COVID-19 continue de progresser du fait des déplacements effectués par certaines  personnes qui continuent de vaquer à leurs occupations, en circulant d’une région à l’autre sans coup férir, bravant le couvre-feu et l’Etat d’urgence.

A preuve la région de Sédhiou longtemps épargnée par le virus caracole en tête de celles qui sont les plus affectées avec 68 malades par la faute d’un individu qui s’est pavané entre la région de Louga, la Gambie et son village situé dans ladite région, passant sous l’oeil et la barbe des forces de sécurité.

Le mal fait est énorme et les demandes d’excuses ultérieures ne serviront à rien. Un cas similaire s’était déjà produit bien avant celui-là avec un marchand venant de Touba qui avait rallié Louga, en passant par Bambey. Lui aussi avait fini par contaminer beaucoup de personnes dans cette localité qui n’avait enregistré aucun cas positif du COVID-19.

Une dame rencontrée dans un taxi de banlieue ce week-end nous a informés que son époux confiné à Mbour est rentré au bercail, après avoir déboursé trente mille (30 000) francs CFA.

C’est dire que dans les gares routières ou quelque part dans des localités certains conducteurs continuent de braver l’Etat d’urgence et le couvre-feu moyennant des espèces sonnantes et trébuchantes. Ces individus qui profitent du malheur national pour se remplir les poches en transportant le virus vers toutes les directions du pays, ne sont ni plus ni moins que d’irréductibles alliés du COVID-19.

                                                                                                                                             Mamadou Wathy