Guinée: Deux arrestations après la création d’une alliance politique d’opposition

Guinée: Deux arrestations après la création d’une alliance politique d’opposition

 352 clics

En Guinée, les partis qui ont soutenu la candidature de l’opposant Cellou Dalein Diallo à la dernière présidentielle ont signé, hier, à Conakry, un accord pour former une alliance politique. Mais, dans la foulée, en fin d’après-midi, deux de leurs militants ont été interpellés.

Coalition électorale formée en vue de la dernière présidentielle, l’Alliance nationale pour l’alternance et la démocratie (Anad) opère sa mue et devient donc une alliance politique.

Hier, en fin de matinée, les représentants d’une vingtaine de partis s’étaient retrouvés autour de l’opposant Cellou Dalein Diallo. «Nous avons découvert que nous étions animés de la même détermination pour contribuer à l’instauration d’une démocratie apaisée et d’un véritable État de droit dans notre pays. Et donc on a décidé de transformer cette alliance électorale en alliance politique pour faire face justement à ce gouvernement qui a envie donc de museler complètement l’opposition et de faire taire toutes les voix discordantes», ont-ils proclamé.
Arrestations…
En fin d’après-midi, deux membres de la nouvelle alliance ont été arrêtés: Bogola Haba, responsable de la communication de l’Anad, et Thierno Yaya Diallo, président de Guinée moderne. Ce dernier a été libéré plus tard dans la nuit, mais pas Bogola Haba.
«L’autre personne s’est livrée à des déclarations appelant à la désobéissance civile, appelant à l’insurrection, affirme Tibou Kamara, porte-parole du gouvernement. On ne peut pas admettre dans une démocratie qu’on demande à faire partir un président de la République. Et je pense qu’il est tout à fait normal que les services de sécurité interpellent la personne concernée pour qu’elle s’en explique.»

Le Front national pour la défense de la Constitution (FNDC), mobilisé depuis 2019 contre le troisième mandat d’Alpha Condé, condamne, quant à lui, ces interpellations qu’il perçoit comme une façon d’instaurer la peur chez les Guinéens.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*