ENTRETIEN DE MACKY SALL PRÉSIDENT DU SÉNÉGAL SUR FRANCE 24. QUEL RETOUR JE FAIS

ENTRETIEN DE MACKY SALL PRÉSIDENT DU SÉNÉGAL SUR FRANCE 24. QUEL RETOUR JE FAIS

 218 clics

Je salue cette initiative d’aller devant une chaîne grande écoute pour parler au monde en sachant que les professionnels en face ne vont occulter aucune question d’actualité. Je suis en parfait accord avec monsieur le Président sur les félicitations apportées au docteur Raoul et la décision du Sénégal de procéder sans attendre à  l’utilisation de la chloroquine. En phase aussi avec monsieur le Président comme déjà indiqué dans mon interview de walfadjri de ce jour que le confinement total n’est pas à exclure quand la situation l’éxigera.

Mais il faut utiliser actuellement la majeure partie des sommes disponibles, aux tests et aux dépistages. Le Président trouve insuffisante la réponse apportée à la demande d’annulation de la dette et trouve qu’on doit arrêter la course vers le gain et les délices pour penser au devenir du monde.

Je suis en phase et appui son appel à ses pairs africains pour continuer cette demande de réforme de la gouvernance mondiale. Monsieur Tidiane Thiam ne doit pas seulement au nom de l’union Africaine se limiter à chercher des fonds qui vont augmenter l’endettement de l’Afrique. Il faut qu’avec les autres économistes du continent qu’ils revoient d’abord cette dette et essayer de trouver à l’Afrique le moyen de prendre son destin en mains.

Pour revenir à l’appel à plus d’humanité lancé par le Président Macky à la communauté internationale, je souhaite une réponse à cet appel d’abord chez nous. Les villas super standings ici et ailleurs, ces bolides que certains concitoyens conduisent devant les yeux hagards de certains concitoyens parce que affamés ou malades, torturent. Il nous faut exprimer notre solidarité tous les jours pas seulement durant les télexons dont je ne demande pas la suppression comme c’est le seul procédé qui permet à certains de participer à la solidarité nationale. Mais le fisc devra nous dire est ce que ces grandes fortunes sont en règle avec le fisc. Pour revenir à nos partenaires financiers, nous devons leur mettre la pression, pour que la dette soit annulée et que nous soyons au milieu des plans de relance de l’économie mondiale. Leur puissance financière s’est construite sur la force de travail des déportés d’Afrique et du pillage de nos ressources minières,nos produits agricoles qu’ils achètent à des prix dérisoires sont transformés par leurs industries pour leur consommation locale et le reste nous est retourné en exportation pour des profits car nous servons de débouchés après avoir fourni la matière première.

Il faut que cette alliance fasse comprendre que l’Europe ne peut s’en sortir sans l’Afrique qui est le marché d’approvisionnement de leurs industries et le marché de consommation de leurs productions. De grâce mettons l’accent sur un marché Sous régional à défaut de pouvoir l’étendre à toute l’Afrique pour produire et consommer ce dont nous avons besoins. Ne pas œuvrer pour cela c’est ignorer tout simplement ce que dignité et souveraineté nationales signifient.

Les grandes puissances  n’aideront jamais notre développement, elles contribueront à balkaniser l’Afrique et nous maintenir sous tutelle financière. Refusons-le, engageons-nous et assumons-le. Le président a eu la même gêne que moi, que ces soupçons sur l’aide alimentaire mettent de l’écume sur notre unité par rapport à la covid19 ce qui donne raison à ma proposition de réduction  du prix des denrées de première nécessité. Ça nous aurait permis la transparence et l’équité. Engageons-nous pour un nouveau départ pour ne pas dire  » le dernier départ » comme un vendeur de crêpe pour les noctambules à Paris.