AFFAIRE COMMISSAIRE-AGRESSEUR : LA POLICE REGLE SES COMPTES…TRES RAPIDEMENT

 302 clics

Incident à la pharmacie Fadhilou Mbacké : Comme dans un western…
La scène qui a fait le tour de la toile, a choqué plus d’un. Elle ressemble à celle d’un film western où on voit un hors-la-loi dicter sa loi dans un salon. Et le commissaire de police des Parcelles assainies, Bara Sankharé s’est comporté comme tel à l’intérieur de la pharmacie Fadhilou Mbacké sise à la Patte d’Oie. Le docteur Cheikhouna Gaye ne va pas oublier de sitôt toute cette humiliation qu’il a dû subir de la part du commissaire Bara Sankharé et de ses éléments dépêchés sur les lieux. Le pauvre, se faire brutaliser de la sorte, menotter ainsi comme un malpropre pour avoir tout simplement fait appliquer la loi au commissaire Bara Sankharé à qu’il a refusé de vendre un médicament sans ordonnance.


Les pharmaciens qui sont accourus sur les lieux, après l’incident ont bien raison d’étaler toute leur colère, toute leur indignation. Jamais, plus jamais cela, serait-on tenté de dire ! Et pour cette affaire choquante et scandaleuse, une fois n’est pas coutume, il convient de saluer la rapidité dont a fait montre la Police nationale qui a pris le devant, en appliquant des mesures disciplinaires à l’endroit du commissaire Bara Sankharé. Osons croire que tout ceci ne ressemble pas à un cirque, et que la Police nationale ira jusqu’au bout dans cette affaire.


Les Sénégalais commencent à se montrer las des dérives des forces de l’ordre. Des manifestants ont trouvé la mort, des suites de balles tirées des armes de forces de l’ordre, sans qu’il n’ait une seule suite. Que dire encore de ces autres Sénégalais ayant trouvé la mort, après avoir été brutalisés derrière les grilles de commissariats de police ou de brigades de la gendarmerie. Jamais, suite n’avait été donnée à ces différentes affaires.


Il convient de se féliciter de l’importance du rôle des réseaux sociaux dans cette affaire. Sans les réseaux sociaux, jamais cette affaire n’aurait atteint une telle dimension, et Bara Sankharé aurait réussi son forfait sans coup férir. Même si, les pouvoirs publics, cette fois, ont pris de la hauteur, en prenant, en attendant des mesures disciplinaires. Toutefois, il convient de le dire, le ministre Aly Ngouille Ndiaye ne peut être exempt de reproches dans cette affaire.

Trop de bavures policières se déroulent, alors qu’il est ministre de l’Intérieur. Il ne s’agit pas seulement de se contenter de simples sanctions qui ressemblent à des coups d’épée dans l’eau, il faut savoir prendre les mesures idoines afin que de telles choses ne se reproduisent plus. Visiblement, Aly Ngoulle Ndiaye semble jusqu’ici dépassé par les évènements.
Thiémokho BORE